Le salaire des salariés peut être complété par des primes régulières ou ponctuelles.
Découvrez dans cet article les différents types de primes au travail et les modalités pour en bénéficier.


Les différents types de prime pour les salariés

La majorité des offres d’emploi précise une rémunération fixe mensuelle (exprimée souvent en brut), et des primes. Ces primes peuvent se classer en deux catégories :

  • Liées au travail effectué (primes de risque, primes de froid, primes de nuit ou pour travail le dimanche…) ;
  • Liées à la politique de rémunération de l’entreprise (primes de rendement, primes d’ancienneté, primes d’assiduité…).

La première catégorie regroupe les primes récompensant les efforts des salariés face à des conditions de travail pénibles ou parfois dangereuses. Par exemple, la prime de pénibilité est attribuée aux salariés réalisant des tâches répétitives et particulièrement difficiles (port de charges lourdes ou tâches minutieuses et redondantes…).

Dans cette deuxième catégorie, sont également concernés les avantages sociaux (prise en charge des frais de déplacements quotidiens domicile-travail, mutuelles et épargnes de l’entreprise…). Ce type de primes est un des outils de management utilisé par les entreprises pour récompenser et fidéliser leurs salariés. La politique de rémunération comprenant des avantages sociaux (primes panier-repas…) est également un moyen pour attirer de nouveaux talents.

Dans certaines entreprises, il existe également des primes liées à des évènements exceptionnels (mariage, naissance, PACS…). Selon leurs règlements intérieurs, certains employeurs proposent à leurs salariés un montant fixé par les représentants sociaux à l’occasion d’un évènement personnel important. Selon les conventions collectives, le salarié peut aussi profiter d’un congé exceptionnel pour célébrer son mariage, la naissance de ses enfants, ou son PACS.


Leurs conditions et leur règles d’application par l’entreprise

Les modalités d’attribution des primes sont définies :

  • soit par le code du travail ou la convention collective (via un accord de branche) du secteur de l’entreprise ;
  • soit par le règlement intérieur ou le contrat de travail.

Le versement de ces primes est obligatoire quand leurs modalités sont inscrites dans la convention collective, le règlement intérieur ou le contrat de travail. Leurs rythmes de versement et leurs montants peuvent être renégociés avec les représentants du personnel et les dirigeants de l’entreprise, annuellement.

Les primes liées à l’entreprise visent à augmenter la performance individuelle et collective des salariés (primes sur objectifs, primes au rendement..). Leurs modalités d’attribution dépendent de la fonction occupée par le salarié dans l’entreprise.

Le socle commun des primes au travail est défini par le code du travail, et il vise surtout à compenser les conditions de travail parfois difficiles, ou risquées des salariés. Chaque secteur d’activités définit, via des accords de branche, des primes adaptées aux spécificités de leurs entreprises.