La qualité de vie au travail, que l’on abrège souvent par les initiales « QVT », est une notion récente. C’est aussi une démarche, qui souhaite prendre en compte le bien-être du personnel au travail.

Dans les faits, elle se décline en plusieurs grands principes, détaillés d’après des critères très précis liés au monde de l’entreprise. Chacun de ces grands principes étant à suivre afin de conserver tous les bénéfices à la fois de l’entreprise, et des salariés.

La définition de la qualité de vie au travail

La notion utilisée dans le monde du travail est issue de l’Accord National Interprofessionnel daté du 19 juin 2013. Les négociateurs de cet Accord ont souhaité qu’elle prenne en compte plusieurs critères que nous allons détailler, afin de concilier à la fois la performance des entreprises, l’amélioration des conditions de travail, et le bien-être du personnel.

Ces critères sont le résultat du constat que les conditions de travail, la capacité des employés à s’exprimer, à agir sur celles-ci, sont déterminants dans la perception de la qualité de vie au travail.

Les 3 grands principes de la QVT

Dans la démarche de qualité de vie au travail, nous trouvons donc trois piliers principaux, qui s’imbriquent totalement et peuvent être intitulés de cette façon :
– Les conditions d’emploi et de travail
– La capacité à s’exprimer et à agir
– Le contenu du travail

Ils sont à étudier au plus près de la réalité afin de garantir non seulement une ambiance de qualité au sein de l’entreprise, mais aussi moins d’absentéisme, une meilleure communication et, donc, une meilleure productivité. C’est un peu comme construire, grâce à eux, un cercle vertueux qui soit un bénéfice pour chacun, employés comme entreprise.

Les critères des 3 principes de la QVT

Afin que cette notion ne reste pas nébuleuse et que chaque entreprise puisse s’appuyer sur des exemples concrets, des critères précis ont été déclinés pour chaque grand principe.

En ce qui concerne les conditions d’emploi et de travail, les quatre principaux critères sont : l’environnement, les conditions d’emploi, et les conditions de vie extra-professionnelle.

Pour la capacité d’expression et d’action, nous regardons plus précisément : le participatif (la parole donnée aux salariés), le partenariat social, le soutien managérial et le soutien des collectifs.

Enfin, pour le contenu du travail, nous examinons ces derniers critères : l’autonomie, la valeur du travail, le travail apprenant, le travail complet (activité qui occupe la totalité du temps de travail).

Pour être plus précis, l’entreprise « apprenante » met en place une culture, des comportements et des process capables de développer les compétences de chacun.

Ce sont ces grands principes, et leurs critères réunis, qui donnent comme résultat la perception de la QVT d’une entreprise.